Français

GNDR à la conférence AMCDRR à Oulan-Bator, Mongolie

Mami Mizutori, Responsable de la SIPC (UNISDR) avec les représentants de GNDR GNDR

Le Coordonnatrice du plaidoyer et de l'apprentissage de GNDR, Valeria Drigo et le Coordonnateur du développement régional Rouf Muhammad Abdur pour l'Asie-Pacifique ont assisté à la conférence AMCDRR 2018 organisé à Oulan-Bator en Mongolie, cette semaine!

Savez-vous ce que signifie le terme Dzud ? Un Dzud constitue un risque de catastrophe d’évolution lente et récurrent, unique aux steppes de Mongolie. C'est la combinaison de la sécheresse estivale et du gel hivernal: de fortes chutes de neige et des températures glaciales en hiver empêchent les personnes et le bétail déjà affaiblis par les sécheresses estivales intenses d'accéder aux pâturages, provoquant une famine généralisée et la perte de bétail.

La convocation de la Conférence ministérielle asiatique sur la réduction des risques de catastrophe (AMCDRR en anglais) à Oulan-Bator, en Mongolie, a peut-être été un défi organisationnel (compte tenu de l'accessibilité limitée du pays), mais elle a certainement mis en lumière la problématique majeure des risques de catastrophe. Elle a également permis aux pays de la région de faire le point sur les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs du Cadre de Sendai et de convenir d'un nouveau plan d'action biennal pour la réduction des risques de catastrophe dans la région.

La conférence AMCDRR 2018, s’est déroulé du 3 au 6 juillet 2018, sous le thème de la prévention des risques de catastrophe soutenant le développement durable. Les questions de cohérence et de développement tenant compte des risques ont été au centre de plusieurs sessions de la conférence: une grande variété de représentants gouvernementaux de l'Asie et du Pacifique ont souligné leur travail d'intégration de la RRC dans les plans de développement et de changement climatique tant au niveau national que local. La société civile et d'autres acteurs non gouvernementaux ont également été très actifs pour garantir une approche holistique de la RRC: les événements parallèles des membres de GNDR axés sur la résilience aux climats extrêmes (ADPC), la RRC et la santé (NARRC) et la résilience et la reconstruction urbaines (NSET), parmi tant d'autres sujets.

Le phénomène Dzud lui-même est un exemple de la manière dont une approche cohérente peut réduire les risques de catastrophe. Le phénomène est l’effet combiné de catastrophes naturelles, changement climatique et développement insoutenable : les climats extrêmes plus sévères, ainsi que de l’utilisation abusive des terres, ont conduit à un accroissement de la fréquence et de l’intensité de ce phénomène. Alors que ce phénomène fut traditionnellement traité sous l'angle de la réponse humanitaire, il faudrait se concentrer davantage sur la prévention et l'atténuation des risques. Pour améliorer la résilience des communautés face au dzud, des systèmes d'alerte précoce capables de repérer les premiers signes de sécheresse sont en cours de développement parallèlement à des changements dans les pratiques pastorales et l'utilisation des terres.

Les réfugiés sinistrés sont également une grande priorité pour la région, et plusieurs Organisations de la Société Civile et gouvernements ont attiré l'attention sur la crise actuelle des Rohingyas en Asie du Sud-Est (ActionAid Bangladesh). En lien avec le problème des crises humanitaires, il est nécessaire de prendre en compte la situation particulière de la RRC dans les États fragiles, comme l'a souligné le lancement du rapport de l'ODI sur la RRC dans les pays fragiles d'Asie.

La localisation et la participation de la communauté à tous les niveaux étaient au cœur des discussions. GNDR et ses partenaires ont contribué à cette conversation avec un événement parallèle sur la gestion communautaire des risques de catastrophes: une session de cuisine, des partenaires nationaux et des acteurs locaux de l'Inde et des Philippines ont présenté les ingrédients clés d'une GRCBC durable et institutionnalisée. étude d'analyse et atelier qui a été menée plus tôt cette année.

AMCDRR collage

La localisation a été soulignée par le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Réduction des risques de catastrophe, Mami Mizutori, lors d'une réunion bilatérale avec des représentants des OSC du réseau GNDR. Elle insista sur la nécessité d’atteindre les gens en première ligne des catastrophes et l’importance de la participation de la société civile dans l’élaboration des politiques et le plaidoyer pour la RRC.

Cependant, l'organisation de cette conférence AMCDRR a rendu difficile la mise en place d'une approche qui engloberait «toute la société» qui favoriserait les échanges entre les gouvernements, les OSC et d'autres acteurs non gouvernementaux. Alors que les principales sessions de la Conférence avaient lieu au même endroit, les évènements parallèles (principalement organisés par des acteurs non gouvernementaux) se déroulaient ailleurs. Au cours des deux journées principales de la conférence, nous avons constaté une présence minime des représentants du gouvernement lors des événements parallèles. Une culture de partage des connaissances et d’expériences est essentielle si l’on veut promouvoir la cohérence, l'inclusion et la localisation.

Le partage des connaissances et d’expériences était au centre de l’organisation ADRRN « Le Forum des leaders locaux asiatiques pour la résilience face aux catastrophes» (ALL4DR), un événement pour célébrer le rôle des champions locaux dans le renforcement de la résilience au niveau local. Les dirigeants locaux, des maires aux volontaires communautaires, ont reçu un prix en reconnaissance de leur travail et leur engagement dans la RRC au niveau communautaire, avec un accent mis sur l’élaboration et la mise en œuvre de stratégies de la RRC et résilience.

Ce fut quelques jours très chargés durant lesquels beaucoup a été accompli, mais il reste encore beaucoup à faire. Le plan d'action 2018-2020 du Plan régional Asie pour la mise en œuvre du CSRRC, récemment adopté, définit l'orientation du travail à accomplir dans la région au cours des deux prochaines années. Concentré sur la cohérence, l'action locale, le genre et l'inclusion dans la RRC, les gouvernements de la région s'engagent à atteindre la cible E du CSRRC et à promouvoir une culture de développement tenant compte des risques dans leurs politiques et actions. Le rôle de la société civile et des communautés locales sera d'autant plus important si l’on veut que les stratégies, politiques et plans de la RRC soient efficaces à tous les niveaux. La société civile est prête à travailler avec les gouvernements pour faire en sorte que le phénomène de «dzud» et d'autres dangers ne mènent pas à des événements désastreux.

Pour plus d’informations sur ce blog, veuillez contacter Valeria Drigo à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Telechargements et Liens

 

Related items

Rejoignez GNDR en tant que membre

Contact

Téléphones: +44 208 977 7726 | 1833 | 2860

Email: info@gndr.org

 

Média social

Nos supporteurs

European Commission words under blue flag with yellow stars    
usaidhorizontal small
UK Government logos 2012 UK AID    australian aid blue and red
Switzerland logo-ministry-of-foreign-affairs
GIZ on behalfof BMZ
Sverige Sweden SIDA Logo

Adresse

Global Hub Office

Global Network of Civil Society Organisations
for Disaster Reduction
8 Waldegrave Road, Teddington,
London
TW11 8HT
United Kingdom

Regional hubs »

Membre de